dpselection
AQM Basse-Normandie
Email : contact@aqm-bn.asso.fr
Flux RSS

Caen sur seine

Initialement lancé en 2009  par les 3 métropoles Rouen, Le Havre et Paris pour conforter l’ouverture de Paris vers la mer, ce projet  de développement économique  devenu «  vallée  de la seine » a pris  au fil du temps une véritable  dimension interrégionale, Caen   ayant rejoint désormais le tour de table.
Le  4ème colloque  avait invité  tous les acteurs autour du thème
«  Recherche et innovation, un levier pour le développement de la vallée de la Seine ».
La présence de tous les élus décideurs de ces 3 régions était là pour prouver l’importance qu’ils  attachaient à ce projet stratégique, engagement qui s’est traduit in fine par la signature   d’une résolution finale «…..  En quelque sorte, un pacte d’avenir de la Vallée de la Seine »  s’est félicité  Laurent Beauvais.

Le mal français

Marc Giget, expert européen en matière de stratégie et d’innovation  a replacé  l’innovation dans son contexte français.
«  Nous sommes l’un des rares pays qui différencie aussi fortement   recherche et innovation » a-t-il précisé en stigmatisant les  nombreux échecs qualifiés de « succès technologique, échec commercial ».
Le succès de l’innovation passe avant tout par un progrès dans la vie réelle répondant aux attentes de la société.
«  L’homme, le client, le consommateur, doit revenir au centre du débat » ajoute-t-il  « La technologie ne sera jamais au cœur de la création de la richesse ».
Mais, le cycle de l’innovation  n’est pas sans à-coups, les emplois de demain ne remplaçant pas en temps réel ceux d’aujourd’hui.
« La société doit se préparer à ces mécanismes de destruction créative » a-t-il conclu en rappelant que l’innovation actuelle  passe désormais par les combinaisons des savoirs dans une sorte d’écosystème à inventer.

Innover en réseau

En termes d’innovation, le monde universitaire est inévitablement au cœur des débats.
« L’université  doit se mettre au service  du développement territorial » a rappelé Pierre Sineux, président de l’Université de Caen en se félicitant des différents rapprochements en place entre les deux universités normandes.
La vallée de la Seine est un remarquable gisement de recherche  qu’il s’agit de fédérer, voire mettre en réseau : on parlera alors de croisement fertile et d’écosystème d’innovation.
Ce n’est pas une mince affaire puisque l’on y compte plus de 50 «  clusters ».
Le rôle des pôles de compétitivité et filières  y sera certainement déterminant.
Participant à la table ronde dédiée, Stéphane Bouyeure, au nom du pôle TES caennais,  a prôné le décloisonnement de ces pôles et  le croisement de leurs compétences.
«Les pôles doivent acquérir plus de maturité et s’orienter vers les usages » a-t-il ajouté.
Le Pôle  Mov’eo peut être à cet égard un bon exemple, regroupant  les 3 régions de la Vallée de Seine et représentant  70% de la R&D automobile française.

Le temps presse

Le temps de la réflexion est révolu et celui de l’action  prévaut, d’autant plus qu’il s’agira «  de rendre sa copie »  avant 6 mois, lors de la validation des contrats de plan  Etat- Région (CPER) et interrégionaux (CPIER).
« Il y a beaucoup d’attente et d’impatience, nous ne devons pas décevoir » a  souligné l’un des élus  présents.

Christian Sauter – ancien ministre des finances – a apporté un soutien marqué de Paris  au projet en rappelant  les initiatives déjà en place, comme  le projet de valorisation fluviale et maritime HAROPA 
François Philizot,  délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine, a rappelé qu’au-delà  « …du support financier qu’apporterait l’Etat,  c’est notre capacité à utiliser les forces et les acquis existant dont il est question …».
«  Il est hors de question de recréer une mille-feuille et de dicter tout d’en haut » a-t-il insisté
«  Du concret, pas des décrets !» a renchéri  Christian Sauter.

A suivre

Avec ses 15 millions d’habitants, représentant un tiers du PIB français  et 40% de son potentiel de recherche,  la « Vallée de la Seine » a des atouts considérables  qu’il « faut mettre en cohérence ».
Pour notre région, elle ne résout pas tout  en particulier quant au développement territorial sud et ouest.
«  Notre relation avec nos voisins bretons  ne doit pas être remise en cause » a insisté Laurent Beauvais en rappelant le projet emblématique du Mont Saint Michel.
Mais, notre région ne pouvait être absente de cette «  vallée de seine », un  projet hautement structurant,  ne serait-ce que pour avoir son droit de cité quant au  projet ferroviaire LNPN.
Rendez-vous en 2014 en espérant que la « montagne n’accouche pas d’une souris ».
16/12/2013
Identification
 
mot de passe oublié ?

 
actualites AQM
voir les archives
Agenda
AQM BN