dpselection
AQM Basse-Normandie
Email : contact@aqm-bn.asso.fr
Flux RSS

Développement Durable

L’AQM , acteur du Développment Durable normand

Dès 2004, l’AQM s’est historiquement très vite intégrée  dans les actions régionales quant au Développement Durable, coordonnées par la Région et l’Etat (DRIRE à l’époque).
Les actions collectives engendrées se sont concrétisées  dans de nombreuse entreprises bas-normandes qui ont continué leur échanges au sein du cercle DRAKKAR
L’AQM a alors crée un espace de partage, le club NEDD en 2010.
Au cours de cette décennie, l’AQM a profité de son savoir-faire et expérience de terrain pour construire un  outil d’auto-diagnostic de responsabilité Sociétale (RSE), le RSD2.
Cet outil particulièrement simple et économique à mettre en œuvre a été utilisé avec succès  par de nombreuses entreprises.
En 2016, il a pris une dimension nationale en prenant le nom de RECELYS, soutenu en cela par l’AFQP.
Membre du conseil d’administration de l’IRD2, l’AQM reste très impliquée dans toutes les initiatives  normandes en particulier quant  à toutes les manifestations dédiées (Rencontres normandes, colloques nationaux).

17/03/2017

Manger mieux, moins……et tout

En  avril dernier, s’est tenu l’atelier «  lutte contre le gaspillage alimentaire » organisé   par  Caen Normandie Métropole.
Occasion de se pencher sur  un phénomène culturel amplifié dans une société placée sous le signe de l’abondance.

Rappel

Dans le contexte des États généraux de l'alimentation lancés le 20 juillet 2017, le ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation a lancé un nouvel appel à projets dans le cadre du Programme national pour l’alimentation (PNA) en partenariat avec l'ADEME.
Cet appel à projets  vise à  soutenir des initiatives autour des multiples enjeux de l'alimentation, ainsi que le développement des projets alimentaires territoriaux (PAT).
C’est à ce titre que Caen Normandie métropole a lancé un vaste chantier de préparation de son  PAT  qui devrait se finaliser en fin d’année.

De quoi parle-t-on ? :

Selon les règles nationales édictées en 2013, ce gaspillage concerne « toute nourriture destinée à

la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée ».
Ainsi, ce gaspillage ne se limite pas, comme on le pense en général, à la consommation finale, mais à tout le processus de transformation en amont, du ramassage à la distribution.
Laisser des céréales sur le champ après le passage de la moissonneuse, détourner des invendus des supermarchés vers l’alimentation animale, méthaniser des fruits et légumes mal calibrés pour en faire de l'énergie… sont autant de gaspillages alimentaires à prendre en considération.



Quelques chiffres

Dans le monde, selon la FAO,  un tiers des aliments destinés à la consommation humaine est perdu tout au long de cette chaîne, dont   45% concerne les fruits et les légumes.
Ce gaspillage représente la 3ème source de CO2 après la chine et les USA.
Dans notre hexagone, chaque français  « gaspille » pour sa part  20 kg dont le coût global est estimé à plus de 200 €.
Si l’on s’intéresse à toute la filière, ce chiffre monte à 90 kg  dont un tiers  est « laissé sur le champ ».



Une volonté politique

En 2013, la France a lancé son Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire qui visait  à réduire de moitié les pertes à l'horizon 2025.
En 2015, le rapport du député  mayennais  Guillaume Garot a formulé des recommandations très concrètes et réalistes  en matière de lutte contre ce gaspillage.
En 2016, la loi obligeant la grande distribution à distribuer les invendus alimentaires qu'elle jetait auparavant a été adoptée.
Parallèlement, le ministère de l'Agriculture a relancé une campagne de sensibilisation afin que tous les acteurs de la chaîne restent impliqués.
Plus récemment, un projet de loi pour « l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », a été déposé au Parlement  et devrait être voté en 2018.

Quelques  initiatives …emblématiques

En s’inspirant des pratiques moyenâgeuses, le glanage – encore inscrit dans le code rural- reprend ses lettres de noblesse. A titre d’exemple, l’opération «Patathon» lancée par la société Mac Cain est emblématique. http://club.mccain.fr/patathon .
Lesieur a créé un conditionnement opaque de son huile de Colza  à partir de produits recyclés afin d’éviter la dégradation du produit sous l’effet de la lumière.
La commune de Chambéry donne les plats cuisinés non servis au plus démunis.
La création de conserveries solidaires qui permet de gérer les surplus surtout en période estivale.
De manière générale, un rapport récent fait état de la mobilisation de la grande distribution, en particulier pour les invendus, tout en reconnaissant que cette lutte nécessitera du temps, de l’information et de la formation.

Et en Normandie ? De la fourche à la fourchette… !!

Dans notre région, depuis 2014,  l’association « CREPAN » (1) anime un « réseau contre le gaspillage alimentaire » REGAL.
Parmi ses réalisations les plus abouties, on notera
  • Le glanage solidaire (pommes, betteraves…) confié à des associations et des bénévoles.
  • Le succès du défi «assiette vide» lancé à l’école de Blainville sur Orne
  • Les outils pédagogiques créés par l’association GRAINE quant de sensibilisation des consommateurs, petits ou grands
  • L’unité de méthanisation de Croisilles qui utilise les déchets  du marché de gros de Caen.

Quelques pistes :

Dans l’état actuel des différents ateliers, il en ressort l’importance de l’éducation où cette notion de gaspillage doit trouver sa place dès l’école primaire.
En proposant de repenser nos modes de production et de consommation, le développement de l'économie circulaire doit contribuer à optimiser l'utilisation des ressources naturelles et ainsi limiter les déchets générés.
Tout cela nécessitera une interaction vertueuse entre tous les acteurs, professionnels ou non, de la chaine de transformation.




   (2)   http://beta.crepan.org/eco-consommation-et-dechets/
   (1) http://beta.crepan.org/defi-assiette-vide/
   (2)  http://www.graine-normandie.net/index.php/activites/actions-contre-le-gaspillage-alimentaire/1147-actions-contre-le-gaspillage-alimentaire.html
20/05/2018

Le travail décent, la clef du Programme de développement durable pour 2030

Le travail décent apporte aux individus et à leurs familles de l’argent qu’ils peuvent dépenser dans l’économie locale. Leur pouvoir d’achat alimente la croissance et la création d’entreprises durables, de petites entreprises surtout, qui sont à leur tour capables d’embaucher et d’améliorer la rémunération et la situation des travailleurs. Il accroît les recettes fiscales des Etats qui peuvent financer des mesures sociales pour protéger celles et ceux qui ne trouvent pas de travail ou qui ne peuvent pas travailler.


Type:  Brochure
Date de parution:  31 mai 2017

Référence:  978-92-2-231243-6[ISBN]





Télécharger: pdf - 2.5 MB‎

Promouvoir l’emploi et l’entreprise, garantir les droits au travail, étendre la protection sociale et encourager le dialogue social, ce sont les quatre piliers de l’Agenda de l’OIT pour le travail décent, l’égalité hommes-femmes étant une thématique transversale. Ils sont indispensables pour faire avancer le programme de développement durable dans son intégralité.

Tags: travail décent, développement humain, développement durable, système de l'ONU
18/05/2018

Pour une entreprise citoyenne

La notion de Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) est l’application des principes du développement durable au monde de l’entreprise La Commission Européenne en a donné la définition suivante : « C’est un concept qui désigne l’intégration volontaire par les entreprises des préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes » Comme le développement Durable, elle s’appuie sur 3 piliers, Economique, social et sociétal, environnemental. Intéressons-nous ici au pilier « central ».

Transition énergétique : La Région aide les territoires normands

Le mercredi 14 février 2018, Hervé Morin a annoncé à Bretteville-sur-Laize, les noms des dix lauréats pour « Territoires 100 % énergies renouvelables » qui vont être accompagnés par la Région et l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) pour mettre en place un programme d’actions.

Mieux comprendre et intégrer la biodiversité

Dans de nombreuses politiques publiques ou stratégies d’entreprise, la biodiversité est ressentie comme une contrainte ou comme une stratégie de marketing. Mais, quand on parle de biodiversité, de quoi parle-t-on ? Et si l’on en faisant une réelle opportunité socio-économique, un véritable levier au service de nos activités quotidiennes en s'appuyant sur l’offre écosystémique…large débat souvent contradictoire plus souvent par ignorance ou dogmatisme.

Les premières rencontres normandes du Développement Durable

La 9ème édition des assises régionales du développement durable – en fait la première édition des rencontres pleinement normandes- s’est tenue le 7 décembre 2016 à l’université de Caen.

23/05/2016 Evaluations volontaires des entreprises en RSE

GP 21 - Evaluations volontaires des entreprises en RSE : " Quelles démarches, pour quels bénéfices ? " 4 solutions pour créer une dynamique collective

Pleins feux sur la sécurité

Dans le cadre de son animation territoriale, le Club Normandie Entreprises Développement Durable (NEDD), supporté par l’AQM Basse-Normandie, a tenu une matinée d’échanges consacrée à la sécurité le jeudi 21 avril 2016 au Pôle de formation des sapeurs-pompiers du Calvados à Vire (14).

Assises Régionales du Développement Durable : climat favorable ?

La 8e édition des assises régionales du développement durable s’est tenue le 3 décembre 2015 à l’université de Caen.

Concert en sols majeurs

L’IRD2 (Institut Régional du Développement Durable) a été créé pour faciliter la rencontre de tous les acteurs du territoire et de notre université au service de ce Développement Durable. Le thème de son 2ème colloque « sols contre tous » s’inscrivait en amont de l’année 2015, déclarée « année internationale des sols ».

ENERGIE A REVENDRE

Manifestation désormais reconnue, la 4ème journée des ateliers du club NEDD s’est tenue le 15 mai dernier au Conseil Régional. Le thème retenu en 2014 abordait le défi énergétique auquel les entreprises doivent désormais à nouveau faire face.

Club NEDD : Bilan et perspectives

Plénières, Ateliers, Labellisations et attestations DD ont marqué l'année 2013. Une année 2014, encore prometteuse avec la mise en place d'ateliers formatifs, une plénière prévue pour le 15 mai et de nouvelles entreprises labellisées. Sans oublier les différentes actions menées en lien avec nos partenaires impliqués également dans le Développement Durable et la RSE !

Education durable

Education durable

Le microcrédit : un outil sociétal du Développement Durable

Le microcrédit : un outil sociétal du Développement Durable
Identification
 
mot de passe oublié ?

 
actualites AQM
voir les archives
Agenda
AQM BN