dpselection
AQM Basse-Normandie
Email : contact@aqm-bn.asso.fr
Flux RSS

L’AQM et son club NEDD, partie prenante des assises régionales du développement Durable

La 7ème édition des assises régionales du développement durable s’est tenue le 26 novembre dernier au Centre de Congrès.
Temps fort de l’Agenda 21 régional, et rendez-vous annuel de mobilisation, les Assises régionales du développement durable sont l’occasion pour plus de 500 acteurs du territoire de débattre et de partager leur pratique concrète du développement durable. Les collectivités, organismes consulaires, entreprises, associations, lycées, CFA, organismes de formation…, peuvent également échanger avec des experts et spécialistes du développement durable nationaux et internationaux.
Une fois de plus, l’AQM s’est impliqué dans la préparation au sein du comité de pilotage et de l’animation  ainsi qu’en s’intégrant dans les ateliers, débats ou formatifs.
Le thème de cette année en était la « participation », thème au cœur d’un développement durable.
« Parce que l’homme est au cœur de la démarche,  la participation  représente un enjeu de ce développement durable »dira-t-on.
Occasion de « tordre le cou » à beaucoup d’idées reçues   au sein de témoignages et d’échanges  dans 20 ateliers sur la journée.
Pour leur part,  L’AQM et le club NEDD  ont participé  activement à la table ronde de l’atelier
« Entreprises et territoires : comment impliquer les parties  prenantes ».
François Salatko, vice-président de l’association  et Brigitte Delord,  Directrice Qualité et développement Durable de Legallais, membre du club NEDD ont eu l’occasion d’apporter toute leur expérience de terrain sur ce thème.
Antoine Héron, animateur de la table ronde a su planter le décor en positionnant l’entreprise dans son  ancrage territorial,  dans sa responsabilité sociale et sociétale et son comportement citoyen.



Vous avez dit parties prenantes ?

Parties prenantes ? «  Celles qui ont impact sur les activités de l’entreprise » a d’abord précisé Isabelle Boudard de RSE-comité 21 car le premier enjeu est de bien les identifier a priori.
« L’entreprise et son territoire  sont  dans une  interaction permanente » a-t-elle souligné en évoquant quelques  bonnes pratiques comme celle de la ZAC de la Chapelle sur Erdre.
Une association d’entreprises  (ECE)  a développé un projet basé sur le mix développement durable/intérêt des entreprises où sont partagées les problématiques de transport (DE), d’énergie (ECOZA), de gestion des déchets où le volet social n’est pas oublié.

Une entreprise en pointe

Legallais  a depuis longtemps  considéré le développement durable  comme un modèle de gouvernance efficace.
Signataire du pacte de l’ONU pour le Développement Durable, l’entreprise a utilisé l’outil d’auto-diagnostic de l’AQM le RSD2  pour évaluer ses performances dans ce domaine.
«  Le RSD2 vous demande en premier d’identifier vos parties prenantes »  a souligné Brigitte Delord
Elle a aussi valorisé le rôle du club Normandie Entreprises développement Durable  dans sa mission d’échanges, de partages entre de nombreuses parties prenantes.
La Fondation Legallais est là aussi pour associer l’entreprise à de nombreux projets sociétaux, impliquant collaborateurs et retraités.


RSE et projet

La gestion d’un projet ne peut plus faire l’économie d’impliquer toutes les parties prenantes à ce dernier.
C’est ce qu’a démontré François Salatko en s’appuyant sur un exemple concret de l’extension d’un bâtiment industriel.
La RSE, dans son approche globale, est un excellent support à cette gestion «  responsable » de projet.
« L’identification et l’implication de toutes les parties prenantes est un gage de succès » a-t-il insisté
A titre d’exemple, l’implication des riverains a été un plus  dans l’acceptation  globale  de ce changement.
«  L’empathie, les valeurs de l’entreprises sont des facteurs déterminants de réussite » a-t-il ajouté en reconnaissant que cette implication demande plus de temps et d’investissement ….humain

L’espace collaboratif innovant

François Millet, de l’association Relaisd’sciences a apporté l’expérience  du living lab dont l’ambition est d’inviter toutes les parties prenantes  d’un thème donné à se rencontrer autrement, accélérant ainsi le processus d’innovation.

En conclusion, après un large échange avec la salle, chacun a conclu que cette  démocratie participative  se devait de suivre  une règle du jeu, tout en devant sortir des cadres habituels sans peur de bousculer  «….  du sens et des règles »

Avant la reprise des ateliers formatifs de l’après-midi, les organisateurs avaient privilégié justement un  vaste espace d’échange méridien,  montrant l’exemple pour favorises le dialogue entre …les parties prenantes de ces assises 2014.

                                                                   
13/12/2014
Identification
 
mot de passe oublié ?

 
actualites AQM
voir les archives
Agenda
AQM BN