dpselection
AQM Basse-Normandie
Email : contact@aqm-bn.asso.fr
Flux RSS

Pleins feux sur la sécurité



Dans le cadre de son animation territoriale, le Club Normandie Entreprises Développement Durable (NEDD), supporté par l’AQM Basse-Normandie, a tenu une matinée d’échanges consacrée à la sécurité le jeudi 21 avril 2016 au Pôle de formation des sapeurs-pompiers du Calvados à Vire (14).


La sécurité, une dimension de la performance globale

François Salatko, vice-président de l’AQM a d’abord replacé la problématique de la sécurité en entreprise dans le cadre de sa performance globale.
Exemples à l’appui, il a en particulier démontré comment cette sécurité était « … un enjeu de développement durable, se déclinant selon ses 3 piliers ... ».
«L’approche du risque industriel implique  de nombreuses parties prenantes, et doit s’appuyer en premier sur les valeurs de l’entreprise » a-t-il conclu.

En première ligne

Le capitaine Jacques Allardin, en charge des risques industriels au SDIS Calvados, a apporté l’éclairage d’un professionnel du feu aussi bien en termes de prévention que de gestion de la crise que représente un incendie.
Il a rappelé quelques évidences et stigmatisé les « mauvaises pratiques » en la matière.
«La première composante est le temps » a-t-il précisé en rappelant que chercher à éteindre soi-même un feu important est une grave erreur.
Il s’est inévitablement attardé à l’aspect préventif qui commence par la formation du personnel.
«La formation de pompiers volontaires au sein de l’entreprise sera un plus non seulement pour l’entreprise mais aussi pour son rayonnement sociétal local» a-t-il ajouté.
Le lieutenant Edern  Ehelary, responsable du centre de formation de Vire a complété ces messages en rappelant l’importance du recyclage de ces «  soldats du feu » : « Les pompiers ont une obligation de formation de 40 heures par an » 

Le document unique, une opportunité ?

Bernard Vertongen, fort de ses 120 missions au sein de l’association ECTI, a apporté tout le recul qu’il peut avoir sur l’accompagnement des petites entreprises quant à l’établissement du fameux document unique (DU).

Il a d’abord rappelé son obligation légale depuis 2001 et les conséquences pour l’employeur qui ne respecte pas cette loi déclinée dans le code du travail « … surtout en cas d’accident grave ... ».
Son constat reste pessimiste devant encore bon nombre de responsables qui le considèrent encore sans intérêt et contraignant et au mieux l’établissent à minima  sans le faire vivre.
Et pourtant, ce processus reste un remarquable outil au service de toutes les parties prenantes et un «... stimulateur du dialogue social  dans l’entreprise .... ».
C’est aussi un moyen de mieux connaitre cette dernière voire renforcer son image.
« Loin d’être complexe, l’établissement du DU fait appel à beaucoup de bon sens » a-t-il ajouté. 
D’ailleurs, la loi sur la pénibilité vient renforcer l’importance de  ce document qui  prend de plus en plus compte les aspects « santé/bien-être  au travail » où émerge déjà la problématique des risques psychosociaux.



Se préparer

Point d’orgue de cette matinée très riche, le témoignage de l’entreprise Legallais qui venait, de facto, corroborer tous les messages des intervenants précédents.
Brigitte Delord, Directrice Qualité et Développement Durable, a d’abord évoqué la volonté de son entreprise de se mettre en conformité avec la norme ISO14001 Version 2015  § 8.2.
« Il s’agit entre autres de  répondre aux situations  d’urgence réelles, de tester et planifier les actions de prévention » a-t-elle précisé  « Cela nous a conduit à mettre en forme un Plan de Continuité de l’Activité (PCA) ».
Cette démarche s’est concrétisée récemment par une véritable mise en situation avec un exercice d’évacuation du centre logistique de Saint André sur Orne (14).
« Cette opération a été préparée en concertation avec les sapeurs-pompiers de la caserne de Ifs (14) » a souligné Christophe Boulay, responsable QSE du centre.
Si cet exercice s’est déroulé conformément aux prévisions, il en est ressorti inévitablement de points d’améliorations qui seront pris en compte.







Au feu, les pompiers…. !

De la théorie à la pratique, l’après-midi a permis aux participants de se mettre dans la peau d’un pompier face aux feux sous toutes ses formes.
Le centre  de Vire est en effet remarquablement équipé en sites de simulations particulièrement  spectaculaires, un  outil de base indispensable pour former – et recycler- les pompiers, volontaires ou professionnels.
On rappellera que ce centre virois met à disposition toutes ses installations logistiques et/ou techniques à la disposition des entreprises en recherche de séminaires dédiés ou tout simplement pour apporter à ses «  stagiaires » un peu de … chaleur.








24/04/2016
Identification
 
mot de passe oublié ?

 
actualites AQM
voir les archives
Agenda
AQM BN